Le Kea Trader, de mal en pis

L’épisode de mauvais temps survenu entre le 25 et le 27 mai a impacté le Kea Trader, déjà en très mauvaise posture. La partie avant de l’épave s’est désolidarisée de la partie arrière et présente une gîte importante, rendant d’autant plus compliquées les opérations de la Shanghai Salvage Company. L’embarquement d’équipes sur les deux parties de l’épave est désormais réalisable uniquement à la faveur de très bonnes conditions météo.
Un nouveau plan est en cours d’élaboration pour la mobilisation de « moyens lourds », nous dit le haut-commissariat, qui insiste sur ses priorités qui restent les mêmes : « éviter tout nouvel accident, lutter contre toute forme de pollution et se donner comme objectif de restituer le récif à son état de nature ».

Mais voilà près de 11 mois maintenant que le Kea Trader est échoué sur le récif Durand. Et alors que l’humain est capable aujourd’hui d’accomplir des prouesses techniques incroyables, rien ne semble fonctionner pour ce chu navire ! C’est à se demander où véritablement le bât blesse…

Quoi qu’il en soit, peu d’informations filtrent, c’est vrai, mis à part les succincts communiqués de situation, comme l’a souligné encore une fois cette semaine Ensemble pour la planète.
La fédération d’associations a le mérite de continuer à se poser des questions quand la plupart des Calédoniens ne se mobilisent plus sur ce sujet tant il traîne en longueur ! Elle demande toujours à savoir quels sont les produits dangereux encore présents sur l’épave, quand une analyse exhaustive de la situation pourra être présentée et quand un comité de suivi associant la population sera créé. À quand des réponses ?

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market