En coulisses du Comité des signataires : mise au point des Républicains

La Tribune. – À Medetom, Place Beauvau à l’Intérieur puis à Matignon une délégation des Républicains composée de leur chef de groupe au Congrès, Sonia Backes, d’Isabelle Lafleur et des signataires historiques de l’Accord, Harold Martin et Simon Loueckhote, est allée faire les titres et les sous-titres des récents événements en Calédonie aux édiles socialistes.

Bonjour ! – « Madame la ministre des Outre-mer, des voitures brûlent en Nouvelle-Calédonie, des routes sont coupées, des gens tirent impunément sur les gendarmes et l’on ne vous entend pas une seule fois ! Pas un mot n’est sorti de votre ministère ! Vous êtes déjà en campagne dans votre circonscription de la Réunion où vous ne savez pas où est la Calédonie ? » C’est en ces termes peu flatteurs qu’Ericka Bareigts, locataire de la rue Oudinot, a fait connaissance avec Harold Martin, signataire de l’Accord de Nouméa. N’ayant rien à opposer, elle s’en remettra. D’autant qu’au fil des premiers rendez-vous, le discours de la délégation Backes n’a manqué ni de sel, preuve que la coupe est pleine. Ni de propositions concrètes, preuve que des leviers existent, pour peu que l’on veuille les actionner.

Ne pas se tromper de victimes ! – Place Beauvau, lors des discussions préparatoires à la réunion sécurité de samedi, Les Républicains ont demandé à l’État de « changer de braquet ». « Ça suffit avec les missions de ceci ou de cela, vous avez suffisamment de chiffres sur la délinquance en Calédonie, assez de rapports pour vous convaincre d’y remédier ». Nombre de Calédoniens ont en effet jugé l’attitude de l’État sur les affaires de Saint-Louis et Bangou tristement à « équidistance » des fauteurs de troubles et des forces de l’ordre. À la différence du procureur de la République. « On était pourtant face à des affaires de droit commun », souligne-t-on de part et d’autre. Aussi, plus d’excuses comme « le fait colonial » ou « le soupçon de bavure », c’est à l’État de « condamner les propos provocateurs de Roch Wamytan et de porter plainte pour les tirs essuyés par les gendarmes » pour rétablir l’ordre public « en y mettant les moyens et la volonté politique ». Comment ?

Moins de vert, plus de bleu ! – La police nationale dit avoir les effectifs sur place, mais il conviendrait de les redéployer sur le terrain. Ce n’est pas fait, or les instructions partent bien du ministère de l’Intérieur ! La gendarmerie en revanche n’a pas les effectifs suffisants pour l’ensemble du territoire. « Alors pourquoi conserver 300 militaires de l’armée de terre en Calédonie, quand on pourrait en réduire le nombre et le compenser par autant de militaires… de la gendarmerie ? », s’interrogent Les Républicains. La réponse appartient au même Bernard Cazeneuve, qui présidera demain la réunion avec les élus calédoniens…

Difficile de parler de valeurs communes ! – Ce XVe Comité des signataires était à l’origine organisé pour entériner une charte des valeurs communes à tous les Calédoniens ; ou, dans le vocabulaire d’Alain Christnacht, « un préambule », à quoi on ne sait pas au juste. Sauf que la réponse de la délégation des Républicains fait retomber pas mal de monde sur terre : « Imaginez ce que pensent les Calédoniens : on laisse une situation des plus tendues sur place pour aller signer une charte de valeurs communes que nous sommes censés partager ? »

Plus crûment, que lit-on sur les réseaux sociaux ? « Les risques de troubles perdurent pendant que nos politiques se pavanent à Paris, où tout le monde il est beau et gentil, et ils vont signer ensemble je ne sais quoi dans notre dos… » Voilà la réalité ! « Alors non, répond Sonia Backes, le sujet est trop important, fondateur même », pour qu’une signature intervienne « ici à Paris sans l’aval des Calédoniens ». Et d’avance l’idée « d’un référendum d’initiative locale sur le sujet », pour que nul n’ait l’impression d’avoir été pris au dépourvu. On verra l’écho qu’aura cette proposition, dans la droite ligne des États généraux de l’avenir en Nouvelle-Calédonie proposés par le candidat Nicolas Sarkozy, dans une interview au quotidien LNC d’aujourd’hui…

Inscrire tous les natifs a du plomb dans l’aile ! – Comme le travail des experts sur les « convergences » et les « divergences » se soldera vraisemblablement (et selon l’avis de toutes les délégations unanimes) par un « acte notarial » : un supplément d’informations à verser au matériau de réflexions futures… La proposition de Calédonie ensemble « d’inscrire d’office sur la liste électorale référendaire tous les natifs du pays, indépendamment du fait qu’ils soient inscrits ou non sur la liste générale » sera certainement examinée.

Reste qu’elle se heurte à un écueil de taille : l’Accord de Nouméa, constitutionnalisé. « À supposer que l’on décide d’inscrire tous les natifs, cela reviendrait à inscrire d’office les Kanak de droit coutumier et à demander aux autres de justifier de leurs intérêts moraux et matériels », explique Sonia Backes : donc pas vraiment une avancée sauf à vouloir satisfaire les seuls indépendantistes… Un « détail » qui aura échappé aux rédacteurs de Calédonie ensemble. Mais pas aux conseillers du Premier ministre. Qui y serait opposé, semble-t-il.

A Nouméa, aussi ! – Enfin le XIVe Comité des signataires avait acté, en février dernier à Paris, la « fin du litige électoral » sur la liste référendaire ainsi que l’ouverture des exportations de nickel. De retour en Calédonie, les indépendantistes avaient renié leur parole et le gouvernement avait traîné les pieds. C’est pourquoi Les Républicains ont demandé cette fois « que l’État garantisse l’application des décisions prises autour de la table. Sinon, disent-ils, ce n’est même plus la peine d’organiser des Comités des signataires ! »

Trente ans en arrière ! – « La véritable question que pose ce Comité des signataires, prévient Harold Martin au micro de RRB, et qu’il nous faudra poser au FLNKS devant le Premier ministre de la France, est : voulez-vous poursuivre dans la paix ? Ou, convaincus d’avoir échoué dans votre gestion de l’Accord de Nouméa, avez-vous changé de stratégie pour en revenir aux Événements ? »

M.Sp

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market