Difficile compromis

Les représentants des partis politiques calédoniens vont discuter à Paris, lors du Comité des signataires du 14 décembre. Mais de quoi ? La question reste entière !
Une réunion s’est tenue lundi au haut-commissariat pour tenter d’avancer sur l’ordre du jour de ce premier Comité post-référendum, mais à l’issue du rendez-vous, les divergences restaient nombreuses.

On sait qu’un bilan du référendum doit être fait, que chacun donnera son analyse du déroulement du scrutin, sa lecture des résultats et sa vision des prochaines étapes. Mais forcément, puisque les ambitions sont à la base opposées sur l’avenir du territoire, chacun voit midi à sa porte, et il s’agira d’avancer au mieux ses pions. Les loyalistes, majoritaires au sortir de la consultation, entendent faire valoir les droits qui nous reviennent dans une Calédonie française.

Ils veulent parler de sécurité, et à l’instar de ce qu’avait souhaité le Premier ministre lui-même, ils demandent que soit évoquée la situation économique et sociale pour éviter le marasme sur les quatre prochaines années, des années forcément marquées d’instabilité politique. Ils attendent notamment de savoir comment l’État entend accompagner la Nouvelle-Calédonie dans cette période compliquée.

Mais les indépendantistes refusent d’évoquer ce sujet jugeant qu’il s’agit d’une compétence Calédonienne… Ils semblent avoir déjà oublié l’importance des aides de l’État notamment sur les trois usines ces dernières années. Ou peut-être que l’économie n’est déjà plus une priorité…

Les Républicains calédoniens et le Rassemblement LR veulent aussi que soit ajoutée la question relative au dégel des corps électoraux.
Une fois encore les indépendantistes ont fait savoir qu’ils ne participeraient à aucune discussion sur le sujet. Pour eux la période des accords est encore en vigueur et ses termes ne doivent en aucun cas être modifiés jusqu’aux prochains référendums.

De fait, l’UC voit déjà plus loin et veut se concentrer sur la période de transition avant l’installation du nouvel État indépendant. L’Uni aimerait de son côté que l’on se penche sur les transferts de compétence restants.
Le haut-commissaire est actuellement à Paris et nous devrions connaître prochainement les derniers arbitrages.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market