Aux Îles, l’Union calédonienne déstabilisée

Aux Loyauté, l’UC espérait remporter une majorité absolue. Elle n’a pas atteint son objectif même si elle reste en tête. La candidature de Jacques Lalié, n’a pas fait l’unanimité, le Palika s’est renforcé, les voix se sont dispersées.

On a vu les vainqueurs déçus et les seconds à la fête dans les Îles, la rivalité traditionnelle entre l’Union calédonienne et le Palika ayant plutôt été favorable à ce dernier.

L’Union calédonienne-FLNKS reste devant avec 5 186 voix, soit 37 % des suffrages exprimés et six sièges. Mais il est clair qu’elle espérait faire mieux. En 2014, la liste tirée par Néko Hnepeune avait déjà remporté six sièges avec 5 328 voix (39 % des suffrages), mais elle faisait, à l’époque, bande à part avec L’Union pour construire les Loyauté de Jacques Lalié rassemblant des dissidents de l’UC et du Parti travailliste qui avait pris quelque 1 500 voix.

Avec le retour de Jacques Lalié au bercail, l’idée était de décrocher huit sièges, une majorité absolue. Mais c’était sans compter sur quelques aléas.

Érosion et dispersion

D’abord, la personnalité de Jacques Lalié n’a visiblement pas fait l’unanimité. Certains n’oublient pas qu’il était dissident et estiment qu’il n’a pas fait son temps au sein de l’organigramme avant d’avoir mérité cette place. D’autres encore n’ont pas apprécié la manière dont il a été désigné, devant Mathias Waneux, ni la campagne qu’il a menée dans les médias. Jacques Lalié lui-même a estimé qu’il avait « passé beaucoup de temps à expliquer cette liste d’alliance plutôt que le programme ».

C’est ce contexte, on s’en souvient, qui a amené de jeunes militants de l’UC à établir une liste dissidente au dernier moment, Unitaire Kanaky génération. Tirée par Davy Nicolas Bolo, elle ne passe pas la barre des 5 %, mais a engrangé 800 voix, dont 681 à Maré et Ouvéa, avec des scores non négligeables au faré municipal, à Atha, Mebuet, La Roche, Lekiny, Mouli et dans une moindre mesure à Lifou (119 voix).

D’autres bulletins se sont aussi probablement reportés sur le Palika qui recueille un total de 21,24 % des suffrages exprimés (2 970 voix) contre 15 % il y a cinq ans (2053 voix). En nombre de sièges, les deux places de Jacques Lalié en 2014 se retrouvent effectivement sur la liste de Charles Washetine qui passe de 2 à 4. Le parti avait fait le choix – payant – de la stabilité. La liste a fait une percée historique à Lifou, passant de 591 voix en 2014 à 1 187 voix. Ses meilleurs scores sont enregistrés à Drueulu, Jozip, Hapetra et elle passe même devant à Xodre et Kedeigne. Le Palika a gagné 300 voix à Maré avec des scores particulièrement concluants à Tenane, Tawainedre, Wabao et à Ouvéa, il talonne l’UC d’une trentaine de voix.

Charles Washetine s’est félicité de ce résultat qu’il impute à son programme, à une grande implication de jeunes à forte notoriété dans les îles mais aussi peut être à la candidature de Jacques Lalié. Il rappelle également l’échec de la tentative de rapprochement entre le LKS et le parti travailliste qui a suscité des interrogations.

Statut quo

Le Parti travailliste recueille 14,34 % des suffrages exprimés (2 005 voix) en recul de deux points par rapport à 2014, mais avec toujours deux sièges. Il enregistre son meilleur score, sans surprise, à Tiga, Tingeting (Lifou) et effectue une belle remontée à Ouvéa avec le soutien des bureaux du nord de l’île. Pas suffisant, a estimé Louis Kotra Uregei, qui espérait « faire mieux » dans les îles.

Enfin, le LKS-Dynamique autochtone, passé aux mains d’Omayra Naisseline avec Basile Citré en second, réussi sa transition. Il obtient finalement, comme en 2014, 1 536 bulletins dont la plupart logiquement, dans son fief de Maré, (meilleur score à Mebuet-Guahma), soit un total de 10,98 % des suffrages et deux sièges, une situation dont s’est réjouie la tête de liste, heureuse de « garder son électorat ».

Le dernier parti indépendantiste, le MNIS a totalisé 1,24 %. Comme Unitaire Kanaky génération, il n’obtient pas de siège.

La division qui coûte cher

Côté loyaliste, on le sait, les discussions pour présenter une liste commune entre Calédonie ensemble et L’Avenir en confiance n’ont pas abouti et deux listes se sont finalement lancées dans la course : Nouvelle vision des Îles, menée par Jean-Eric Naxue, et Avec nous, par Simon Loueckhote.

La première a obtenu 851 voix et (6 %), quasiment autant que ce qu’avait obtenu L’Autre voix(e) de Simon Loueckhote en 2014. Elle enregistre ses meilleurs scores à Lifou (Mou, Wasany…) et obtient les faveurs d’une majorité de loyalistes des îles. La liste Avec nous concentre 462 voix (3,3 %) et décroche ses meilleurs scores à Ouvéa.

Rassemblées, ils représentent 1 313 voix soit 9,39 % des suffrages exprimés. Les non-indépendantistes avaient donc de quoi faire leur retour à l’assemblée de province après 15 ans d’absence, voire au Congrès.

Quelle majorité ?

Ce vendredi, les nouveaux élus seront installés à l’assemblée de province. Avec seulement six sièges sur quatorze, l’UC aura besoin de constituer une nouvelle majorité. Le FLNKS avait prôné une gestion commune avec le Palika et les deux partis, au sortir de l’élection, ont semblé vouloir répondre à ce vœu.

Mais les personnes ont changé et il s’agira de voir comment Jacques Lalié va aborder ce mandat, ainsi que le Palika. Mercredi, il n’y avait toujours pas eu de contacts entre les deux entités. À noter que Néko Hnepeune, le président sortant, qui était en septième position, n’a pas pu être réélu.

C.M. 

©capture d’écran NC La 1ère 


FOCUS

Dans les Îles, le nombre d’électeurs inscrits a sensiblement évolué par rapport à 2014 (+ 792 inscrits), mais le taux d’abstention a également augmenté de deux points (32 % contre 34 %) entre les deux échéances. Au final, il y a eu 13 983 suffrages exprimés contre 13 631 en 2014.

En nombre de voix le ratio indépendantiste-non indépendantiste a très légèrement évolué : en 2014, la province des Îles était à 93,11 % indépendantiste (12 692 voix) et à 6,83 % loyaliste (939 voix). Elle est aujourd’hui à 90,61 % indépendantiste (12 670 voix) et à 9,39 % loyaliste (1 313 voix).


LES ÉLUS PROVINCIAUX DES ÎLES 

UNION CALÉDONIENNE

Jacques Lalié

Isabelle Kaloi-Bearune

Mathias Waneux

Reine Vendégou-Hue

Charles Yeiwene

Julienne Lavelloi

PALIKA

Charles Washetine

Louise Wahetra

Robert Kapoeri

Christiane Ouassaoua

DYNAMIQUE AUTOCHTONE

Omayra Naisseline

Basile Citré

PARTI TRAVAILLISTE

Louis Kotra Uregei

Kadrilé Kuiesine

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market