Allégresse

L’année du Cochon s’annonce, nous dit-on, joyeuse et prospère. Espérons que ces prévisions, de bon augure, ne s’arrêteront pas aux portes de la Nouvelle-Calédonie.

Parce que là, on a vraiment l’impression d’atteindre des sommets.
Au supermarché, c’est l’incompréhension. Si certains prix ont effectivement baissé, d’autres augmentent, parfois du simple au double. On se focalise sur les yaourts qui vont prendre 15 % ? Eh bien, il y a de quoi.
On se demande même sérieusement comment font les plus bas salaires pour survivre. On ne parle même pas de s’acheter un déjeuner à emporter le midi ou pire, d’un restaurant, le luxe.

Forcément, le commerce, les services pâtissent de cette baisse de la consommation. Qui peut en e et vivre comme avant ? Les soldes étaient moroses. Le centre-ville est morose. Les chefs d’entreprise accusent le coup. Les emplois sont là aussi en péril. On nous a promis monts et merveilles. Le constat économique (mais pas seulement) est indiscutablement dramatique.

Mais bientôt, campagne oblige, on essaiera de nous dire le contraire. De nouvelles promesses seront faites. Des volte-face aussi. Comme la venue du Ponant aux Chester eld que Philippe Germain, président du gouvernement, avait défendue bec et ongles. Subitement Calédonie ensemble, son parti, a eu une apparition divine sur l’importance d’une protection absolue de nos récifs vierges et demande à son gouvernement qu’il agisse comme un grand et qu’il dise non à ces croisières ! Du changement, vite…

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market