2018, une année compliquée

2018 était annoncée comme l’année de tous les dangers.
Dans le contexte d’un référendum d’autodétermination historique, on redoutait un climat particulièrement délétère. Il faut dire qu’un pic d’insécurité avait été atteint en 2017. Finalement, sur ce plan, l’année s’est plutôt bien déroulée : le référendum s’est passé dans les meilleures conditions possibles.

Mais si le passage d’Emmanuel Macron en mai dernier avait un temps fait espérer une belle destinée pour la Calédonie dans la France et l’axe Indo-Pacifique, la consultation nous a finalement vite ramené à la réalité : La Nouvelle-Calédonie reste une terre d’antagonismes, partagée entre ceux qui veulent l’indépendance à tout prix et ceux qui sont attachés plus que tout au giron français. Le Comité des signataires a confirmé que nous n’avancerions pas sur l’avenir avant les prochaines provinciales voire pire, avant les éventuels deuxième et troisième référendums rendus possibles par l’Accord de Nouméa.

Une catastrophe annoncée pour un territoire dont les finances se portent déjà mal, quoi qu’en dise le pouvoir en place.
L’opposition loyaliste s’inquiétait en janvier dernier de voir les Calédoniens payer « l’addition » de la gouvernance de Calédonie ensemble. On peut tristement constater qu’ils en ont eu pour leurs frais en 2018. L’année a notamment été marquée par l’entrée en vigueur de la plus importante réforme fiscale de notre histoire, celle de la TGC. Hier encore, le président affirmait que le remboursement d’une partie des taxes à l’importation supprimées le 1er octobre et remplacées par la TGC allait apporter de l’oxygène aux entreprises. On se moque visiblement une nouvelle fois du monde… Les entreprises sont complètement asphyxiées par des choix économiques problèmatiques et doivent se débattre seules.

Le dialogue social ne s’est pas non plus très bien porté en 2018. Santé, BTP, éducation, sécurité civile… de nombreux secteurs ont pointé du doigt un système qui se prive bien volontiers de négociations, un système qui n’écoute pas.
On retiendra enfin de cette année, le scandale des cantines, ou encore la répression intensifiée contre l’alcool qui n’aura malheureusement pas eu d’effets sur nos routes. Mais il y aura eu aussi de meilleures nouvelles, comme l’ouverture de la Clinique et de l’hôpital du Nord ou encore la France championne du monde de football !

Nous continuerons l’année prochaine à décrypter pour vous l’actualité avec le même sérieux. Vous pourrez retrouver DNC dans nos points de distribution habituels, tous les jeudis, à compter du 17 janvier.
En attendant, nous vous souhaitons de merveilleuses fêtes de fin d’année.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market